Traductions de cette page:

Compte Rendu Semaine 5 à Lokoti

Lundi 12 avril

Nous sommes appelés vers 8h par Aliyou de Gazy. Sa femme est en travail mais n’arrive pas à accoucher au village. Nous partons la chercher avec l’ambulance. L’enfant né 40 minutes plus tard au CSI avec l’aide d’Haldou est rescapé d’une circulaire de cordon ombilical. La maman était épuisée et ne pouvait plus pousser, c’est Roger le Laborantin qui a poussé pour elle et Haldou qui a tiré l’enfant… Les gens sont vraiment solides ici… Le petit garçon est un très beau bébé et il se remet pas trop mal, j’ai fait la première mise au sein et j’ai filé vers le lycée.

Je rencontre le surveillant général et l’économe qui me disent que tous les dons sont toujours chez le proviseur et que c’est chez lui que l’ordinateur a été réparé… Je demande quand est- ce que le matériel sera installé au lycée mais ils ne peuvent me répondre. Ils se mobilisent tous pour faire appeler le proviseur et ce dernier arrive 15 minutes plus tard. Je redemande de quelle façon seront gérés les dons, et il me dit qu’une bibliothèque est en cours de fabrication à Meiganga chez un menuisier. De même, il attend la sécurisation du local administratif avant de faire venir l’ordinateur. A la question des délais, il me dit que tout devrait être bon d’ici un mois… Je lui fais part de mes doutes quand aux réparations qu’ils ont effectuées sur l’ordinateur et l’informe que je devrais passer faire un brin de nettoyage sur l’ordinateur en question…

Il est assez d’accord pour poursuivre des actions de prévention en collaboration avec le CSI et il me montre fièrement le reste d’une bonne quantité de préservatifs gérés par le «club santé». Il me parle des besoins en matériel et je lui promets de passer, faire le point avec eux la semaine prochaine puisque apparemment les étudiants ne reviendront vraiment que dans une semaine.

Nous rentrons finaliser le croquis sur l’eau et faire le maximum sur la saisie des documents pour vous…

Mardi 13 avril

Bref aller retour sur Meiganga pour la session internet habituelle et quelques courses avant l’heure de la réunion. A 16h, à la chefferie, il n’y a personne et ils décident de reporter au lendemain même heure.

Il est aussi décidé par le Lamido et Daoudou de faire l’estimation du linge le lendemain.

Je rentre préparer mes épinards en branches, ce qui prend un temps fou…

Mercredi 14 avril

Départ 5h30, sous escorte policière, pour un footing matinal. J’y ai gagné un bon lot d’ampoules aux pieds et la preuve que les militaires camerounais sont sacrément entraînés, nos 12 kms étaient juste un petit échauffement pour eux. Leur histoire de formation israélienne doit être solide…

Je passe ensuite chez le Président pour lui parler de l’estimation du linge, prévue dans la matinée. Je rejoins ensuite le CSI pour préparer le terrain de demain et croiser Daoudou à propos de l’estimation du linge. Il me dit que c’est toujours d’actualité et nous partons ensemble pour la chefferie. Personne n’a vraiment été prévenu de ce travail. A la question de qui peut le faire tout de suite, il n’y a que des hommes et je m’insurge à nouveau! On fait appeler Delphine puis Nicole et le Vice Trésorier. Le Vice-président tente d’imposer encore une fois sa présence, démarche à laquelle je réponds par une question: avez-vous été désigné lors de la dernière réunion dans la commission de gestion?

Les deux femmes, le président, le vice-trésorier et mon «gardien», font un gros boulot d’étiquetage et de classification. Nous effectuons la tarification de la moitié des cartons en 5 heures de travail et nous décidons de reprendre dès le lendemain.

Je suis appelée par Lene dans l’après midi, son fils est agité et tient des propos incohérents… Quand j’arrive elle l’a déjà fait évacuer à Gaoroua Boulaï… Il a apparemment décompensé après un passage à tabac par les BIR. Je donne mon avis et rentre avec les deux papayes que le Président nous a donné, les avocats offerts par Thérèse et les mangues que les enfants du moulin à côté de chez Nicole et Gisèle décrochent de l’arbre pour moi…

Jeudi 15 avril

Nouveau lever à 5heures pour une partie de chasse aux champignons, mais à 6h30 Aminou n’est toujours pas passé. J’arrive à la salle communautaire à 8h comme convenu pour poursuivre le travail. Je préviens Delphine en passant et c’est vers 9h que l’équipe se retrouve réunie pour réaliser que nous n’aurons pas les clefs car le Lamido est parti sur Meiganga pour la journée. Report du travail au lendemain. Je m’accroche une nouvelle fois avec le menuisier qui est devant sa boutique mais qui n’est toujours pas passé. Je l’informe que je déposerai plainte à Meiganga la semaine prochaine. J’en informe également le Lamido qui ne s’y oppose pas.

Nous partons à Gazy dans l’après-midi pour négocier la fabrication d’objets traditionnels bororo à un prix solidaire et que j’espère vous pourrez revendre facilement au profit de l’association.

Vendredi 16 avril

Aliyou, le président, a pu recadrer et expliquer aux gens les actions et les projets de l’association et le travail de sensibilisation aurait permis la collecte de 26000cfa. Le président a imposé la remise de reçu et a lui-même porté la recette au Vice-trésorier chargé de gérer ce type d’activité. Je pars terminer l’étiquetage des dons, rassurée. Le travail nécessite 8 heures de travail supplémentaire avec Nicole, Delphine et le président. Je les informe de la nécessité de la plus grande transparence et que tout sera public mais ça n’empêche pas Nicole de réserver 26 habits et Delphine une petite quarantaine, ce qui me semble abusif en rapport avec l’effort qu’elles ont fourni. J’en informe le président qui me chuchote que depuis mercredi Nicole le harcèle pour réclamer le paiement du travail effectué et pour la vente prévue le lendemain.

J’en profite pour leur rappeler la finalité de l’opération et le travail que Cathy et son amie ont réalisé à deux, en plus de leur travail habituel, pour trier, emballer, comptabiliser tout ce linge d’enfants.

Nous nous mettons tout de même d’accord pour une vente le lendemain à l’occasion du marché à partir de 8h.

Samedi 17 avril

Nous débutons les ventes après avoir couru après quelques nattes et de quoi récolter l’argent, ce qui n’avait pas été anticipé. Nous vendons 3 cartons d’une centaine de pièces chacun intégralement et nous parlons de l’association à la même occasion. Les sacs et les chaussures sont particulièrement attendus. Les prix varient de 50cfa à 1500cfa pour le plus cher des sacs. Nous calculons les recettes de chacune, en supervision avec Aliyou le président qui a mis un point d’honneur à être présent toute la matinée. Dakala, mon «gardien», Delphine et moi ramenons un solde avec un petit trop perçu en faveur de l’association. La recette totale du jour reste néanmoins très encourageante: 82 850cfa! C’est une aide très importante pour l’ACLCL! Nous faisons les comptes avec Daoudou et je lui remets les sommes collectées. J’en informe également le Lamido lors de la remise des clefs de la salle et l’informe de notre départ pour Bertoua le lendemain ainsi que de la prochaine vente prévue le samedi suivant. J’obtiens son accord pour partir avec l’ambulance.

Dimanche 18 avril

Départ à 7h pour Bertoua, arrivée 11h45; le temps de passer par la banque, nous retrouvons Marcel de Première Urgence qui nous emmène dans un maquis spécialisé en viande de brousse: Crocodile pour moi, M’bafou (porc-épic) pour Pascal, mais il y avait aussi du varan, du sanglier et du hérisson… Délicieux! Nous poursuivons par une glace à la crème vanille dans la plus grande boulangerie de Bertoua et un retour à la civilisation par la visite du Super marché du coin!

reports/cruells/semaine_5.txt · Dernière modification: 2010/09/24 13:40 par xdegaye
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported
Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed