Traductions de cette page:

Compte rendu Semaine 1 à Lokoti

Samedi 13/03

Accueil chaleureux par Pascal et Daoudou à Meidougou avec l’ambulance du CSI. Arrivée à 12h30 à Lokoti après 36heures de voyage depuis Douala (avion de nuit et déraillement de train deux jours avant mon arrivée). Visite immédiate du CSI et présentation de toute l’équipe. Passage par la maison d’accueil et la douche après négociations, avant d’aller saluer sa majesté le Lamido.

Rencontre avec princesse Nicole, fille du Lamido qui a accepté de m’assister à la maison pour les tâches ménagères et la vie quotidienne à la demande de Daoudou. Elle parle les trois langues sans problème: Baya, Foufouldé et français. C’est une jeune maman de 20 ans qui a deux petits garçons de 4 et 1 ans.

Notre premier repas est offert par Ramatou une amie de Pascal.

Le Lamido a décidé de confier la garde de la maison à un gardien la nuit, il veille ainsi aussi sur l’ambulance qui a été mise à disposition pour mes courses des premiers jours.

Dimanche 14/03

Petit Déjeuner avec Pascal et Nicole, puis premières courses dans les boutiques du village avec toujours l’aide de Nicole pendant que Pascal va puiser de l’eau en haut du village.

Pascal me donne les dernières informations et m’explique la fin de l’aventure au port de Douala depuis mon départ le 21/02. La présentation officielle du matériel en présence de toutes les autorités a été prévue le samedi 20/03 par Dr Hamadiko et Saa Fotso. Le matériel a été stocké et attentivement gardé depuis son arrivée à Lokoti le 28 février.

Nous commençons donc à planifier le programme de la semaine et la préparation de l’évènement avec Pascal:

  • courses pour la maison
  • réunion de l’association
  • rencontre avec Dr Saa Fotso

J’ai également eu la chance de rencontrer Eugénie à mon arrivée, le samedi, elle représente la Fédération Internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge qui est mandatée par les Nations Unies pour la supervision du Programme Alimentaire Mondial sur le district de Meiganga. Elle coordonne aussi les activités de l’UNICEF sur le District.

Dîner riz accompagné d’un gros poulet offert par Daoudou et préparé par Nicole. Elle cuisine très bien et en abondance, mon seul bémol est la quantité importante d’huile dans chaque plat! Mais on est en phase de compréhension…

Il commence déjà à pleuvoir toutes les nuits. Les coupures d’électricités sont fréquentes. On va essayer de vous envoyer les photos de la maison avant «améliorations»… J’espère pouvoir faire une sorte de petite pendaison de crémaillère d’ici 15 jours, pour démystifier et présenter l’endroit à tout le monde!

Lundi 15/03

Départ pour Meiganga à 6h45. Nous arrivons vers 8h15. Nous nous arrêtons aux bureaux de la Fédération Internationale de la Croix Rouge, pour prendre contact mais le gardien est encore seul et Eugénie est déjà partie en supervision sur le terrain. Nous rencontrons ensuite Allison, jeune Peace Corps américaine dans le domaine sanitaire dont Pascal a fait la connaissance à Meiganga. Elle travaille sur la sensibilisation des populations sur plusieurs problématiques de santé. Elle cite principalement: Palu, VIH/SIDA, Malnutrition, Diarrhées et fièvre, hygiène. Elle travaille depuis 18 mois surtout avec le petit hôpital protestant de Meiganga. Elle parle bien français mais peu les dialectes et est très motivée pour le travail de terrain. Elle semble enthousiaste à l’idée de pouvoir venir dans les villages. Je garde son numéro et lui propose de faire le point sur le contenu des formations qu’elle propose afin de voir si ça pourrait être adapté à la population de Lokoti et si cette collaboration semble pertinente à l’équipe du CSI.

Nous rencontrons Dr Saa Fotso dans ses bureaux à 10h. Nous nous présentons, je lui énonce brièvement mes objectifs de mission et je le remercie pour son aide dans l’optention du fameux visa et son soutien dans les «opérations porto-douanières». Il est chaleureux et très accueillant. Le sujet s’engage rapidement sur la journée de samedi, il nous parle des difficultés financières liées à la présence de la télé Camerounaise ainsi que celle du préfet qui semblent assez coûteuses. Il donne ses recommandations et nous promet une visite le mercredi. Il est fier et heureux de tout le travail accompli grâce à l’association et il remercie personnellement Pascal pour son dévouement.

Nous passons à Camtel pour le devis Internet pour le centre de santé.

Pas d’électricité depuis 24h alors pas d’Internet ce jour…

Nous passons le reste de la demi-journée à faire les courses et dénicher les objets rares et les tarifs négociés pour l’arrangement de la Maison.

Retour à 19h à Lokoti, compte rendu de la visite avec Dr Saa Fotso au Lamido juste avant le nouvel orage.

Mardi 16/03

La réunion de l’association pour préparer «l’Inauguration» et me présenter est fixée à 16h mais en accord avec Dr Saa Fotso, Daoudou et le Lamido, nous commençons le montage du matériel en pièces détachées avec l’aide d’une majorité de volontaires Foulbé, c’est à noter…Après discussion il nous a paru plus judicieux de présenter aux médias et aux autorités le centre déjà réaménagé avec le matériel du container plutôt qu’un lot, certes plus impressionnant, de matériel pêle-mêle. Par contre nous décidons de garder tels quels les cartons afin de les remettre officiellement le samedi aux bénéficiaires, ça donne un petit côté plus cérémonieux et c’est techniquement facile. Le «remontage» a été très rapide, une demi-journée. Nous essaierons aussi de vous envoyer quelques photos, c’était un grand moment d’échange et de brainstorming ! Matériel démodé et donc pas toujours facile à deviner pour moi non plus, j’ai été assez mauvaise sur la partie technique! Par contre une fois tout remonté je me suis beaucoup amusée à leur expliquer à quoi ça sert… Ca a été une découverte surprenante pour beaucoup de voir autant de choses si spécialisées. A signaler, le lève malade, le fauteuil confort bleu et les adaptables sont les tops 1, 2 & 3 de la surchauffe cérébrale du jour! Objet le plus prisé du lot: la chaise pot! Ils ont trouvé ça super…

Après pauffinement de l’ordre du jour que l’on avait déjà travaillé dimanche avec Pascal, nous rejoignons le Lamidat déjà bien peuplé. La réunion de préparation pour l’«Inauguration» se tient en l’absence du Président et du vice-président. Pascal présente l’ordre du jour et le Lamido et Daoudou mènent ensuite les échanges. Je débute la prise de notes en l’absence de rapporteur puis je passe le relais à Silas dès que je le peux. Présence majoritaire des membres Foulbé oblige, la réunion s’est déroulée en foufouldé.

Pascal part pour Meiganga vers 18h, faire les copies de listings et quelques démarches nécessaires pour faciliter l’organisation du reste de la semaine. Je rentre avant la pluie. Nouvelle nuit de déluge et de coupure électrique, heureusement le «couscous» de Nicole résiste longtemps même par 25°C… (4 jours sans problème!)

Mercredi 17/03

Après le traditionnel petit déjeuner avec Pascal et Nicole, nous laissons Nicole prendre soin de la maison et nous rejoignons le centre de santé suivre l’avancé des préparatifs et attendre la visite du Dr Saa Fotso. La délégation arrive vers 10h et fait le tour des salles réaménagées, il donne des conseils et des recommandations pour samedi. Il prépare aussi ses prochaines visites sur Lokoti et choisit donc son mobilier et son futur bureau. Ils partent ensuite ensemble pour le Lamidat avec Daoudou discuter des questions financières et politiques et nous nous éclipsons avec Pascal pour rejoindre le village de Gazy Foulbé où le chef des réfugiés nous attend. Nous y sommes très bien accueillis et la visite est passionnante.

L’après-midi nous échangeons sur les rencontres du matin avec Pascal, il m’explique des notions de la culture Peul, les différents sous groupes ethniques, leur histoire et leurs liens avec la région. Nous échangeons aussi sur la recherche de fonds propres pour l’asso Camerounaise et suite à la dégustation d’une papaye trop mûre avec Pascal, l’idée me vient d’essayer les confitures et les compotes. Il est très sceptique mais après avoir goûté ma compote il accepte d’essayer la confiture avec d’autres fruits. Aïcha et ses cousins font aussi honneur à ma compote, par contre Nicole et son fils sont plus réservés. Bilan mitigé mais je reste optimiste! Il pleut toujours la nuit.

Jeudi 18/03

J’aide Nicole le matin pour le ménage et la grande lessive, nous partons aussi ensemble chez le tailleur pour l’opération «torchons» qui fait rire tout le monde ici, mais j’ai quand même du mal à lâcher l’idée d’une maison sans torchon… Armées d’une vielle housse de couette rose que l’on a trouvé dans l’emballage des ordinateurs, je tente d’expliquer mon idée au tailleur, ça prend une bonne demi-heure avant d’avoir son approbation. Il fait un premier jet en notre présence et puis on file finir les courses. J’y retourne seule l’après-midi et manque presque de saluer le Lamido qui est devant chez lui, il m’excuse car il est déjà au courant de l’opération «torchons» et comprend bien mon empressement… C’est là que je comprends que la tâche de Nicole ne se limite probablement pas juste à m’aider dans les tâches ménagères! Je n’y avais bêtement pas pensé avant…

Je repasse aussi chez le menuisier qui n’a pas fini d’honorer son contrat pour la maison. Je suis un peu pessimiste quand aux délais car une fois de plus le Lamido qui a été informé à mon insu est déjà intervenu pour lui passer un «savon» mais les deux chaises manquantes et le meuble sont toujours incomplets…

Nous prenons ensuite le temps d’installer les nouveaux investissements de lundi et du container dans la maison, avec Pascal; il termine l’électrification extérieure et améliore l’intérieur, il éradique un premier nid de guêpes et on installe finalement la moustiquaire, vu l’avancement des pluies…

Je termine l’après-midi dans le centre de santé avec Silas, poursuite des échanges et de l’observation.

Vendredi 19/03

Nous partons pour puiser l’eau et rencontrer Daoudou qui a passé la journée de jeudi à Meiganga avec Saa Fotso. Il est grippé et fatigué mais dirige les derniers préparatifs depuis son lit d’hôpital. On discute des fameux discours et il est décidé que je ferai la lecture de celui de Christian, que je n’ai toujours pas lu…

Je pars ensuite, enfin, faire un premier tour du village avec Nicole. Elle me montre les points d’eau et nous passons vers les 6 ou 7 huttes des réfugiés Vondabés centre-africain. Ils sont apparemment tous peuls nomades à l’origine, donc leur mode de vie et leurs tempéraments diffèrent beaucoup des Foulbé implantés depuis longtemps dans la région.

Pascal repart pour le CSI coordonner la répartition des cartons pour demain et je rentre pour commencer la saisie informatique des données de la semaine…

Je constate avec surprise dans l’après-midi que le ciel prend des couleurs d’harmattan, je ne suis pas sûre de l’orthographe, ce phénomène typique de la saison sèche dans les régions sahéliennes! Je trouvais la région très tropicale et humide depuis mon arrivée alors c’est vraiment une surprise. Il est vrai qu’il n’a pas plu hier pour la première fois depuis samedi dernier. Ici ils appellent ça: Brouillard et ils disent que ça tue les bêtes. La couleur orangée/brune de l’atmosphère ne trompe pas, c’est un vent de sable très fin qui pénètre absolument partout, rien à voir avec notre brouillard occidental…. On ne peut même pas prendre de photo car ça ne rend rien, on croirait juste une photo faite dans une tempête de neige avec un aspect floconneux.

Je goûte aussi le miel de la région que Pascal m’a gentiment offert le matin et les champignons de Lokoti qui finissent à la poêle version périgourdine. Pascal goûte mais je ne l’attends pas car ils sont vraiment délicieuxet très gros, 2 suffisent pour une grosse omelette!

Samedi 20/03

Le grand jour est arrivé et tout le monde est plutôt ponctuel! A dix heures tout le monde est installé, sauf moi en train de bricoler à la dernière minute le discours pour l’association car il me semble que devant les caméras certains détails qui sont adressés aux habitants de Lokoti ne sont pas indispensables pour le grand public… J Je fais remarquer que le Lamido a demandé publiquement que Lokoti soit établi en arrondissement et que le Centre de Santé Intégré devienne Centre Médical Avancé, ce à quoi le préfet a répondu qu’il fallait monter un dossier solide… Mais Dr Hamadiko et Dr Saa Fotso y travaillent activement semble t’il.

C’était très solennel et au final impressionnant, je ne m’attendais pas à une fête aussi importante. Après le cérémonial au centre de santé nous avons rejoins le Lamidat pour le déjeuner avec les notables de Lokoti et les invités. Les danses et les chants traditionnels ont accompagné le repas jusqu’au bout. Pascal a filmé autant qu’il a pu en pensant à l’expo de mai prochain. C’était très beau et assez émouvant de voir les petites réfugiées chanter et danser pour fêter l’équipement du nouveau centre de santé de leur ville d’accueil.

J’ai ensuite était invitée à partager mon premier Top Pamplemousse au maquis de Ramatou, par un notable de Bertoua originaire du district et le journaliste de la Tribune, le journal que l’on trouve dans les ministères à Yaoundé… C’était une expérience, la moitié des convives présents chez le Lamido 30 minutes plus tôt se sont retrouvés là. J’ai réussi à m’échapper pour rejoindre la maison, mais en ouvrant la porte j’ai été interpellée par une voix chaleureuse et des bras levés qui m’invitent chez les voisins. Je me dis que ce doit être un ami qui nous connait. En fait pas du tout, en m’approchant je vois un jeune homme en costume très élégant que je ne reconnais absolument pas. En entrant dans le nouveau maquis sur son invitation je retrouve Pascal avec le directeur de l’école primaire, ouf… Le monsieur qui m’a invitée est le directeur de l’école primaire de Béka, à une trentaine de kms, mais qui dépend encore du district de Lokoti. Pascal me dit que Christian y est passé lors d’un séjour précédent. Finalement c’est vers 18h45 que je réussis une nouvelle sortie et tente de vous contacter en France car le RDV de 18h est déjà bien dépassé. Les habitants continuent eux à faire la fête assez tard dans le nuit. A l’occasion je goûte aussi les beignets de haricots camerounais plus secs que les burkinabés et les fameuses «mains», préparations au poisson ou à la viande et à base de graines de concombre que les camerounais appellent pistaches. Elles sont cuites dans des feuilles de bananier, je ne connaissais pas mais c’est délicieux et je regrette de ne pas avoir testé plus tôt dans le train qui m’amenait à Lokoti! Les mains côtoient les «battons» de manioc aussi cuits dans les feuilles de bananier ou les fameuses bananes et les «ananananas» tout au long de la route entre Yaoundé et N’Gaoundéré. Les termites grillées au piment sont aussi délicieuses en accompagnement du traditionnel Top.

Dimanche 21/03

Départ à 6h00 pour le village de Wakasso au bord du «fleuve» Lom avec la moto commerciale de Pascal. La brousse est assez verte après les récentes pluies et beaucoup de gens travaillent dans leurs champs. L’harmattan moins fort le samedi a toute de même embrumé la cérémonie. C’est ce matin que la poussière moins dense commence à laisser passer un peu de soleil à nouveau. Nous arrivons au bord de l’eau après 29Km selon les bornes kilométriques qui jalonnent très sérieusement la route. L’eau est basse avec la saison sèche et le «fleuve ressemble plutôt à un ruisseau. Un groupe de jeunes avec deux pirogues font passer les voyageurs vers le côté «Centre-Afrique» et en attendant les clients, ils extraient du sable des berges avec des petites bassines et le transporte jusqu’à la route avec leurs pirogues. Ils déchargent ensuite la pirogue avec les mêmes bassines sur la berge, puis à pied, portent la bassine de la berge en haut de la petite côte où le camion qui vient de Douala passe récupérer le précieux sable. C’est un travail de fourmi très physique, mais les mères allaitantes et les petites filles de 5 et 10ans aident les hommes à vider la pirogue et à charger les bassines à la pelle pour ensuite remonter les dizaines de kilos de sable sur leurs petites têtes. Même le tout petit «Bo» haut comme trois pommes veut aussi remonter sa bassinet te qui contient tout de même une grosse pelle de sable… Ces enfants sont trop loin des écoles pour être scolarisés. Je note aussi que tout le monde boit directement dans la rivière, même les deux bébés de moins d’un an qui sont encore accrochés aux seins de leurs mamans. L’eau est brunâtre, les bœufs, les chiens et les pirogues traversent à cet endroit… Nous laissons le groupe de piroguiers et accompagnés du petit «Bo» nous allons pêcher dans un petit étang non loin de Lom. Le petit connait tous les trucs et le coin comme sa poche. Pascal lui donne 5 ou 6 ans mais il a la taille d’un enfant français de 3 ans.. Il dit qu’il aimerait aller à l’école et apprendre le français, il a beaucoup de chose à dire et à nous apprendre, à nous, sortis de la «ville», sortis de Lokoti. Pendant que les hommes pêchent je tente vainement de chercher les délicieux champignons mais ils sont durs à trouver. Nous rentrons finalement à Lokoti avec 7 petits poissons pêchés par Pascal très vaillamment et avec 3kilos de gros achetés aux piroguiers. Sur la route, beaucoup de gens marchent pour rallier leurs champs ou Lokoti, pas d’autre moyen.

Je termine de taper le rapport de la semaine et quelques annexes, mais avec toutes les coupures électriques de la semaine je suis en retard sur ce travail, il faudra me pardonner. Voilà pour cette première semaine à Lokoti.

Objectifs Semaine 2

  • Rencontrer les représentants de la Fédération Internationale de la Croix rouge et du Croissant Rouge pour faire le point sur leur travail dans la région.
  • Rencontrer le maire de Meiganga croisé le samedi.
  • Rencontre avec Dr Saa Fotso pour précision sur le fonctionnement du district et lui laisser le petit discours fait samedi au nom de l’Asso français à la demande des journalistes à qui il le remettra.
  • Rencontrer les femmes du RCP qui m’ont été présentées par le Lamido en vu de collaborer dans l’Association.
  • Petite rencontre avec le Lamido pour l’informer de mes projets de la semaine.
  • Faire le point sur le projet «lingeet livres» que l’ACLCL a reçu
  • Faire le point sur les besoins en formation et les demandes au centre de santé, rencontre des animateurs en santé, recueil du listing des pathologies les plus courantes, point sur les moustiquaires.
  • Travailler avec le staff sur l’optimisation des nouveaux moyens, l’utilisation du Poupinel, bilan sur l’hygiène, la gestion des déchets (ma semaine d’observation m’amène à revenir sur ce thème, je détaillerai lundi prochain), mise en route de l’ordinateur.
  • Recueillir les comptes rendus du Collège et de l’école primaire sur la gestion des dons qu’ils ont reçu, rencontrer les enseignants et les directeurs pour évaluation des actions de prévention en matières de santé.

A venir

  • Prochaine réunion de l’ACLC prévu début de semaine 3.
  • 24h d’observation au village de Gazy Foulbé selon accord de leur chef
  • 1 journée avec Nicole ou Ramatou ou mieux avec une autre habitante moins connue de Lokoti.
  • Inauguration de la Maison semaine 4, selon bonne volonté du menuisier et travail de l’ACLC…
  • Rencontre avec les vieux du Village pour recueil de données sur les traditions et spécialités de Lokoti en vue de présenter leur village lors de l’expo de Mauléon.
  • Semaine «Eau» semaine 3.
  • Voyage sur Bertoua pour rencontre avec Première Urgence et Dr Balla Condé.
reports/cruells/semaine_1.txt · Dernière modification: 2010/09/24 13:35 par xdegaye
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported
Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed